Observer
Interview

Observatoire de la biodiversité | Pierre-Eymard Biron, Grenoble-Alpes Métropole

Publié le

Dans le cadre du Contrat vert et bleu signé avec la Région, l'Agence participe aux côtés de la Métropole à la mise en place d'un observatoire de la biodiversité.

Observatoire de la biodiversité métropolitaine : interview

L’Observatoire de la biodiversité métropolitaine est en construction. Comment l’Agence participe-t-elle à son élaboration ?

La mise en place d’un observatoire de la biodiversité est l’une des actions du Contrat vert et bleu signé avec la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Pour en dessiner les contours, j’interviens en qualité d’ancien conservateur de la réserve des Hauts-Plateaux du Vercors, mis partiellement à disposition de la Métropole par le Parc naturel régional du Vercors. L’Agence est à mes côtés depuis un an et demi en la personne de l’écologue Hugues Merle. Nous sommes les deux chevilles ouvrières chargées d’accompagner les services de Grenoble-Alpes Métropole dans cette mission.

Comment l’Agence vous aide-elle concrètement ?

La plus-value de l’Agence est double : sur le fond, elle apporte une forte technicité environnementale, d’une grande performance. Sur la forme, elle nous permet d’avancer en mettant à disposition des compétences en
matière de synthétisation, de formalisation et d’écriture, indispensables pour le suivi de l’élaboration de la feuille de route. C’est un appui énorme.

Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Au printemps 2018, nous avons rencontré une vingtaine de partenaires impliqués dans la protection de l’environnement pour écouter leurs attentes : acteurs associatifs, institutionnels, scientifiques, espaces naturels protégés… À l’issue, cinq grands axes ont émergé, qui constituent le cahier des charges de l’Observatoire.

  • Le premier projet est la réalisation d’une plate-forme pour centraliser les connaissances sur le territoire métropolitain et les diffuser avec l’aide et le savoir-faire de l’Agence.
  • Le second est la mise en place de suivis de la biodiversité, en choisissant des espèces et des habitats de faune et de flore que nous allons étudier à long terme pour suivre leur évolution et leur sensibilité à des changements globaux comme les changements climatiques. Cela se fera en lien avec les associations grenobloises.
  • Le troisième est un inventaire des sites à enjeux, sous forme de fiches présentant les conditions de gestion.
  • Le quatrième prévoit de renforcer les relations avec le monde scientifique et la recherche, particulièrement avec la Zone Atelier Alpes (ZAA), un label du CNRS, pour monter des projets en commun.
  • Enfin, nous réaliserons un baromètre de la biodiversité métropolitaine.

Nous sommes entrés dans la phase où nous nous répartissons le travail, en désignant un pilote dans chaque domaine. Un groupe technique rassemblant tous les acteurs et partenaires aura pour vocation de nous aider dans la mise en œuvre.

AURG

Pierre-Eymard Biron, chargé de mission « Observatoire de la biodiversité et connaissance », Grenoble-Alpes Métropole

L'Observatoire de la biodiversité en 2019

L'Agence experte

Environnement & biodiversité

L'Agence veille

#Biodiversité