LE COVOITURAGE : DE NOMBREUSES EXPÉRIMENTATIONS

Comme partout en France, le covoiturage, très largement encouragé par les collectivités, connaît un développement important dans l’aire grenobloise ces dernières années. On assiste ainsi à une multiplication d’infrastructures et de services de covoiturage dont l’objectif est de saisir l’opportunité du phénomène « Blablacar » (du covoiturage occasionnel et de moyenne et longue distance) pour créer les conditions favorables à l’émergence du covoiturage du quotidien. Au sein de l'aire grenobloise, plusieurs initiatives sont en cours.

Mov’Ici : plateforme régionale

Organisée par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, la plateforme met en relation gratuitement des conducteurs voyageant avec des places libres dans leur véhicule et des passagers souhaitant faire le même trajet, sur l’ensemble de la région. Une application dédiée au covoiturage spontané a été créée pour favoriser le covoiturage du quotidien.

Illicov : lignes de covoiturage

Proposé par la start up La roue verte, ce service développe des lignes de covoiturage en rabattement vers les transports en communs métropolitains et sur des trajets domicile-travail. Il permet la prise en charge de passagers à des points d’arrêt, dans le sens des pointes de trafic, avec une garantie de départ. D’abord expérimenté entre Lans-en-Vercors et Seyssins sans subvention publique, le service a été développé en juin 2019 entre Tencin et Grenoble suite à un appel d’offre du Département de l’Isère. Suite à l’interruption du service en raison de la crise sanitaire, Illicov mène une réflexion pour identifier les territoires sur lesquels le développement de lignes de covoiturage serait le plus pertinent.

Rézopouce : covoiturage spontané gratuit

À partir d’un système basique de panneaux, ce service vise à redévelopper une forme d’autostop : le covoiturage spontané. Implanté massivement dans le Vercors, la Chartreuse, le Grésivaudan, le Pays Voironnais, il poursuit son développement en Matheysine (via le Département de l’Isère) et la Métropole grenobloise. En début d’année, RézoPouce a fusionné avec Mobicoop (plateforme de covoiturage libre et gratuite) pour former une coopérative de la mobilité partagée. 

M’Covoit - Lignes+

Pour simplifier les déplacements partagés et l'utilisation de la voie dédiée, le Smmag a créé un service de covoiturage pour les trajets domicile-travail depuis et vers Grenoble, baptisé M’Covoit - Lignes+. Cette ligne de covoiturage entre le Voironnais et la Métropole de Grenoble, et entre Le Grésivaudan et la Métropole de Grenoble, ne nécessite aucune réservation et indemnise les conducteurs. Ce service de lignes de covoiturage garantit le trajet du passager en heures de pointe, via le déclenchement de l’assistance si aucun conducteur ne s’est arrêté au bout de 15 minutes.

L'Agence en actions

En 2017, L'Agence a accompagné le SCoT de la région grenobloise dans l'élaboration d'une charte partenariale du covoiturage, des parkings-relais et de l'autostop organisé. Cette charte a permis de réunir autour d'un projet commun les territoires de la région grenobloise, élargie aux massifs riverains, et de mettre en cohérence leurs visions et leurs actions. Ces travaux ont participé à l'ouverture de la voie de covoiturage sur l'A48 en septembre 2020. 

Dans le cadre des travaux du Conseil scientifique de l’Agence consacré pour l’année 2018 – 2019 au thème « Territoires et numérique(s) », un atelier a été commandé aux étudiants de l’Institut d’Urbanisme et de Géographie de Grenoble (IUGA). Ce travail portait sur le concept de la ville émergente 2.0 et plus précisément, sur les lieux de rendez-vous du covoiturage issu des plates-formes numériques de mise en relation. Ce groupe d’une dizaine d’étudiants a essayé d’explorer la capacité de ces sites à engendrer de nouvelles centralités au regard des flux qu’ils drainent.

En 2020, Grenoble-Alpes Métropole a sollicité l’Agence d’urbanisme pour réaliser une étude sur les points de covoiturage. Elle a ainsi identifié les secteurs où développer des aménagements permettant la prise en charge des covoitureurs. Dans son étude, l’Agence s’est attachée dans un premier temps à identifier les différentes configurations d’aménagement de ces points de covoiturage, pour en tirer des enseignements d’usage et en conséquence, d’aménagement. 6 critères ont ensuite été pris en compte : desserte en transports en commun, présence de parkings, nombre d’emplois… 

Secteurs propices au développement du covoiturage dans la Métropole _ 2020

Voir l'image en grand
AURG

État des lieux des services de covoiturage en 2019 (non exhaustif)

Voir l'image en grand
Sources : data.metropole, Rézopouce, BlaBlaCar, Fabrique des mobilités, Le Grésivaudan, Pays Voironnais

Point de covoiturage en milieu urbain

Voir l'image en grand
AURG
Les critères : Critères : desserte de transports en commun, présence de stationnement, mixité d’usages