Partager
Article

SCoT de la Grande région de Grenoble : un bilan à la croisée des regards

Publié le

Engagée dans la mise en oeuvre de son Schéma de cohérence territoriale (SCoT) depuis son approbation en 2012, la Grande Région de Grenoble a dressé en 2018 le bilan de six ans de mise en oeuvre.

SCoT de la Grande région de Grenoble : 6 ans après

Bilan du SCoT : l'occasion d'échanges entre élu.e.s, technicien.n.es et chercheurs.ses

Engagée dans la mise en oeuvre de son Schéma de cohérence territoriale (SCoT) depuis son approbation en 2012, la Grande Région de Grenoble se devait en 2018 de dresser le bilan de six ans de mise en oeuvre. L'Agence, chargée du bilan, a proposé une démarche évaluative orientée sur les échanges et la vision partagée. Une ambition : profiter de ce temps fort pour mettre les élus au coeur de cet exercice d’introspection collective, associer les techniciens des EPCI et croiser ces regards avec celui des chercheurs notamment. Bref, pour dynamiser le dialogue interterritorial autour des grandes orientations d’un projet politique commun pour la GReG.

Une enquête pour partager... et se projeter

Comment avez-vous traduit les objectifs du SCoT dans vos documents d’urbanisme ? Ces orientations vous ont-elles aidés ? Quels sont les thèmes qui ont fait l’objet d’échanges ? » : pour obtenir réponse et étayer ses analyses techniques, l’Agence a proposé de réaliser une enquête auprès de 184 communes (ayant élaboré ou en en cours d’élaboration d’un document d’urbanisme depuis l’approbation du SCoT). Le fort taux de retour des communes a permis de mettre en lumière les différents champs d’application et de compréhension sur le terrain.
Avec, en toile de fond, les 7 questions évaluatives inscrites lors de l’approbation du SCoT, le bilan a permis de mesurer systématiquement la cohérence entre orientations, objectifs et évolutions constatées... et de questionner le fonctionnement de la gouvernance et des outils.
Ces constats et perspectives ouvertes ont été débattus lors de 4 séminaires et de 2 comités syndicaux récapitulatifs au cours de l’année 2018. Ouverts aux membres du comité syndical et aux élus des exécutifs des EPCI concernés, ces échanges thématiques ont été nourris par les synthèses réalisées et présentées par l’Agence. Des chercheurs en urbanisme, sciences politiques, économie, ont été conviés à apporter leur pierre : Alain Faure et Martin Vanier pour animer les temps de débats, Pierre Merle (CAUE de l’Isère) pour produire un rapport d’étonnement issu d’une approche sociologique, Magali Talandier pour présenter son étude sur l’attractivité économique de la GReG.

Les 7 questions évaluatives du bilan

 

  • Comment évolue l’attractivité de la région grenobloise ? S’oriente-t-on vers un rééquilibrage de la localisation de l’activité et de l’habitat entre les pôles et les secteurs ?
  • L’offre de logements permet-elle de répondre aux besoins d’habitat et de contribution à plus de mixité sociale ?
  • Quel est le niveau d’intensification de l’aménagement de l’espace ?
  • Comment évolue la qualité du cadre de vie ?
  • Quel est le niveau de réduction de la consommation d’espace agricole et naturel ?
  • Quel est le niveau de préservation et de valorisation des ressources naturelles et de leurs espaces ?

« Le SCoT a vraiment été un facilitateur pour élaborer les documents d’urbanisme, PLU et PLUi, de surcroît réalisés en un temps record. Il contribue non seulement à la construction d’un projet de territoire dans sa globalité, mais permet de répondre aux exigences législatives qui sont nombreuses en matière d’urbanisme. »
Murielle Pezet-Kuhn, cheffe de projet Agence auprès de l’EP SCoT

Voir l'image en grand
AURG
SCoT de la grande région grenobloise : les orientations 2018