La santé, un enjeu partagé

« Le concept d’urbanisme favorable à la santé (UFS), créé à partir des années 2000, repose sur des choix d’aménagements et d’urbanisme qui promeuvent la santé et le bien-être des populations ».
Santé Publique France

En effet, l’état de santé est principalement lié à des déterminants qui ne concernent pas que le système de santé mais davantage l’environnement, le contexte socio-économique et politique, les conditions de vie, etc. Depuis une dizaine d’années, la santé se fait une place de plus en plus importante dans le champ de l’urbanisme. Les démarches et les outils pour un urbanisme favorable à la santé se multiplient, comme les Évaluations d’impact sur la santé (EIS).
Soucieuse de pouvoir répondre aux enjeux de demain en matière de santé, l’Agence a développé une expertise et des compétences clés lui permettant de proposer une offre de services qui se décline autour de 3 axes :

Intégration des enjeux de santé dans les documents d’urbanisme et de planification

Afin de palier à l’absence de réglementation en matière d’intégration des enjeux de santé dans les documents d’urbanisme, l’Agence propose une démarche innovante visant à développer un volet santé au sein de documents d’urbanisme (PLUI, PLH, SCoT…) ou de projets urbains au travers de réalisation d’études d’impact en santé ou de diagnostic liant les problématiques sanitaires et environnementales.
Dans le cadre du PRSE3, l'Agence a réalisé une Évaluation d’impact sur la santé (EIS) sur le quartier prioritaire de l’Ile de Mars à Pont-de-Claix et participe à la réalisation du volet santé dans le programme local de l’habitat de Saint-Marcellin-Vercors-Isère Communauté.

Observation et analyse des tendances en matière de santé des populations

L’Agence propose de réaliser des diagnostics détaillés tant quantitatifs que qualitatifs sur l’état de santé et les pratiques des populations à des échelles variées allant de la région au quartier prioritaire.
Elle a participé à Regards croisés, publication de l'OBS'y dédiée à la santé et alimente les indicateurs de suivi du contrat de ville de Grenoble-Alpes Métropole.

Observation de l'offre de soin actuelle et aide à sa localisation future

Afin d’alerter sur de potentiels déserts médicaux à moyen ou long terme, l'Agence a établi une photographie territorialisée de l’offre de soin actuelle mais également future par le biais de scénarios prospectifs visant à préconiser des scénarios de rééquilibrage de l’offre de soins à venir ou de projections démographiques des médecins. Un atlas a été élaboré permettant par exemple d'aider à la décision de la localisation du futur centre médico-psychologique infanto juvénile du centre hospitalier Alpes Isère.

iBest : de nouveaux indicateurs de richesse

L'Agence poursuit en 2020 son implication sur le projet iBEST (Indicateurs de Bien Être Soutenable et Territorialisé), lancé en 2012 par la Métropole et l'Université de Grenoble, pour en valoriser les résultats. Objectif : définir de nouveaux indicateurs de richesse locaux fondés sur la notion de bien-être territorialisé permettant d’évaluer et d’orienter les politiques publiques. 

Mise en œuvre du Plan Régional Santé Environnement avec l'ARS (Agence Régionale de la Santé)

Les quatre Agences d’urbanisme Auvergne-Rhône-Alpes sont mobilisées par l’Agence régionale de santé (ARS), membre de l'Agence depuis 2017, dans la mise en œuvre du troisième Plan Régional Santé Environnement.

Il s’agit d’intégrer les enjeux de santé environnementale dans les documents de planification et les projets d’aménagement.
Cette action se décline en trois grands objectifs :

  • identifier et hiérarchiser les déterminants de santé à prendre en compte au sein d’expérimentations dans les territoires
  • caractériser la manière dont les enjeux de santé-environnement sont ou seront pris en compte dans les documents de planification et projets d’aménagement
  • sensibiliser et accompagner les collectivités dans la réalisation des diagnostics et l’élaboration d’orientations et actions permettant de prendre en compte les enjeux de santé.

L’Agence a proposé de choisir Saint-Marcellin-Vercors-Isère Communauté comme territoire d’expérimentation.
Les élus du territoire se sont montrés très motivés à cette idée d’intégrer un volet santé dans leur document-cadre pour mieux comprendre les enjeux de sa population en la matière, à l’heure de la définition d’une programmation d’habitat. Les principaux items retenus pour l’analyse sont : la présence d’une population vieillissante ; des ménages modestes confrontés à des difficultés sociales et notamment le public jeune ; une forte proportion de logements vacants et potentiellement indignes, et un parc de logements peu adapté aux personnes à mobilité réduite.