Partenaire historique des acteurs de la mobilité

Partenaire historique du Smmag (ex-SMTC) et intervenant dans de nombreux territoires de la région grenobloise, l’Agence a développé une approche intégrée entre les systèmes de transports, l’organisation territoriale et les pratiques de déplacement, incluant la prise en compte des enjeux climatiques, énergétiques, environnementaux et financiers.
Elle travaille sur les modes actifs (marche, vélo), sur la voiture (stationnement, circulation, infrastructures routières) et ses usages partagés (covoiturage, autopartage), sur les transports collectifs (bus, car, tramway, train, transport par câble, …) et sur la logistique.

Quatre champs d'intervention

Définir la stratégie d’organisation des mobilités sur un territoire

Dans ses interventions, l’Agence propose une approche multimodale intégrant le contexte territorial, les orientations d’aménagement, les objectifs de sobriété énergétique et les contraintes financières.

Références récentes : PDU de l’agglomération grenobloise ; volets mobilité de 4 PLUi (Grenoble-Alpes Métropole, Massif du Vercors, Bièvre Est, Bièvre Isère) et de 2 SCoT (région grenobloise et aire gapençaise) ; schémas de mobilité (dont celui du Grand Sud de la Métropole Grenobloise).

Aider à définir les projets d’infrastructure ou de services de mobilité

L’Agence intervient diversement : étude de contexte pour aider à définir les objectifs ; assistance à maîtrise d’ouvrage pour le suivi des bureaux d’études ; diagnostics ; animation des réflexions ; appui aux bilans de concertation ; modélisation et évaluation ; démarches urbanisme-transport accompagnant les projets… L’Agence a également travaillé sur la tarification du réseau de transport de l’agglomération grenobloise et sur la vulnérabilité énergétique des ménages.

Références récentes : Aménagement de l’A480 ; extension du tramway vers Le Pont-de-Claix ; BHNS Grenoble-Montbonnot ; liaison par câble entre Fontaine et Saint-Martin-le-Vinoux ; démarche prospective étoile ferroviaire grenobloise ; pôle d’échanges Charmeyran ; franchissements modes actifs ; réorganisation des réseaux de transports collectifs (Grésivaudan, Voironnais…) ; le covoiturage à l’échelle du SCoT et de plusieurs territoires ; la logistique urbaine ; le schéma directeur du véhicule électrique de GAM ; la création d’une « zone à faible émission » (ZFE) dans la métropole… 

Observer les comportements de mobilité

Animatrice de l'observatoire des déplacements de la région grenobloise et du club EMD, l'Agence suit l’offre et la demande de déplacements pour en décrire les tendances.
Elle contribue à la construction et à l’exploitation de l'Enquête Ménages Déplacements (EMD) – rebaptisée Enquête Mobilités Certifiée Cerema (EMC2) – qui constitue une source majeure de données sur la mobilité des habitants et leurs déterminants.
Elle publie tous les deux ans les Chiffres-clés des déplacements pour faire le point sur les dernières données en date.
Enfin, elle accompagne la Métropole dans la mise en place d'un observatoire du stationnement.

Modéliser pour évaluer l’impact des projets

L'Agence héberge et tient à jour le modèle multimodal de déplacements de la Région Grenobloise, dont la gestion est partagée au sein du club modélisation. Cet outil permet de comparer différents scénarios prospectifs en matière d’urbanisme, de transport et d’infrastructure. Il éclaire les choix parmi les options envisagées et alimente l'évaluation des projets.

Et demain ?

La crise, avec son cortège de conséquences et mutations (télétravail, boom du vélo…) pourrait faire évoluer les comportements de mobilité ; pour autant la place de la voiture fait l’objet de signaux contradictoires (baisse de la fréquentation des TC, méfiance vis-à-vis du covoiturage…).
Déjà présents avant la crise, les grands défis des territoires qui mobilisent l’expertise de l’Agence sont tous corrélés aux questions de mobilité : climat et énergie ; santé publique ; cohésion sociale et territoriale ; dépendance vis-à-vis de ressources non renouvelables ; qualité et partage des espaces publics ; finances publiques…
Si la crise ne remet pas fondamentalement en cause les enjeux et stratégies identifiées dans les documents cadre (SCoT de la Greg, PDU de l’agglomération grenobloise, feuille de route du Smmag, PLUi…) … elle semble conforter certaines priorités d’action, comme la réduction des besoins de déplacement, le report vers les modes sobres en énergie, le soutien aux ménages en difficulté, l’accélération de certains changements de pratiques…
Ce contexte incite l’Agence à renforcer ses capacités de veille et d’analyse, à mieux intégrer les dimensions « cadre de vie / bien être / santé » dans les études de mobilité pour mieux soutenir les AOM et maîtres d’ouvrages dans les phases amont de définition des projets d’espaces publics, d’infrastructures et de services de mobilité.