Observer
Article

Saint-Marcellin, une croissance de l'emploi et une forte présence des secteurs de l'alimentaire et du bricolage

Publié le

L'Agence a participé à la publication nationale de la Fnau, le réseau des agences d'urbanisme, sur le thème du territoires et de l'emploi commercial. Focus sur le territoire de Saint-Marcellin, situé à l'ouest de Grenoble.

SAINT-MARCELLIN, UNE CROISSANCE DE L’EMPLOI COMMERCIAL ET UNE FORTE PRÉSENCE DES SECTEURS DE L’ALIMENTAIRE ET DU BRICOLAGE

Zone d'activité de la Malaudière à Saint-Sauveur

Située à l’ouest de Grenoble, l’aire urbaine de Saint-Marcellin compte 25 176 habitants en 2016. Elle regroupe 1566 emplois dans le secteur commercial, soit 17% du nombre total d’emplois, une valeur comprise entre celle de l’aire urbaine de Grenoble (15%) et la moyenne française (18%).

Quelques singularités, mais de nombreux points communs avec les aires urbaines de profil 3

Saint-Marcellin peut faire figure d’exception au regard de certains indicateurs, venant illustrer ainsi la diversité des situations rencontrées, y compris au sein d’un même profil de territoires. Du point de vue de l’évolution de l’emploi commercial, le territoire enregistre ainsi des gains entre 2008 et 2017 (+7%), soit un rythme supérieur à ceux de Grenoble (+5%) et de la moyenne française (+6%) et à contrecourant des aires urbaines du groupe (–1%). Mais, comme pour les aires urbaines de ce groupe, la part de l’emploi non salarié dans le secteur commercial est plus élevée qu’en moyenne. Le secteur alimentaire y pèse davantage dans l’emploi commercial et l’influence des grandes surfaces alimentaires y est particulièrement importante.

Une densité de surface commerciale élevée

L’aire urbaine de Saint-Marcellin compte plus de 44000 m² de surfaces commerciales en 2018. Elle affiche une densité commerciale élevée, 1754 m² pour 1000 habitants, nettement au-dessus de la moyenne départementale ou de celle de la grande région de Grenoble qui approche chacune les 1000 m² pour 1000 habitants. Le territoire est dominé par les grandes surfaces alimentaires et l’équipement de la maison (respectivement 32% et 45% des surfaces de vente totales). Le secteur du bricolage représente à lui seul un tiers de la surface commerciale totale (20 points de plus que la moyenne départementale). Il illustre le profil résidentiel de la clientèle du territoire, qui bénéficie d’une croissance démographique importante (+0,6% en moyenne par an entre 2006 et 2016), supérieure à celle enregistrée par l’aire urbaine Grenobloise (0,4%) ou encore par la France (0,5%).

Une fragilisation du centre-ville mais des actions engagées

Au niveau spatial, l’agglomération de Saint-Marcellin/Chatte/Saint-Sauveur concentre l’essentiel de l’offre commerciale en grandes surfaces. Près de la moitié des surfaces de ventes existantes ont été créées depuis 2000. Cet essor s’est surtout manifesté dans la commune de Chatte avec le développement de près de 20000 m² depuis cette date. Cette croissance de l’offre commerciale de la périphérie de Saint-Marcellin, si elle a eu pour conséquence de réduire l’évasion vers les centralités voisines de Romans-sur-Isère, de Voiron et même de Grenoble a également engendré des difficultés pour le centre-ville. Pour y remédier, la commune de Saint-Marcellin et l’EPCI ont lancé une stratégie globale de revitalisation du centre-ville par le biais d’une convention d’Opération de Revitalisation Territoriale (ORT) signée en février 2020, ainsi qu’une candidature au dispositif Petites Villes de Demain (PVD) en 2020. Des axes d’intervention ont été définis sur l’habitat, les espaces publics, la mobilité ou encore l’offre commerciale : réinvestissement des locaux vacants, créations de locaux tremplin ou de boutiques éphémères, soutien aux commerçants, diversification de l’offre en centre-ville, etc.

Emploi commercial dans les aires urbaines françaises : 4 types de profils

En mettant en œuvre la méthode de l’analyse en composante principale, les 790 aires urbaines (AU) françaises se répartissent suivant quatre profils, caractérisés ainsi :

  • profil 1 : l’emploi commercial est diversifié (291 AU, 37% des AU en France),
  • profil 2 : l’emploi commercial est dominé par les grandes surfaces alimentaires (267 AU, 34% des AU françaises),
  • profil 3 : l’emploi commercial est représentatif d’une offre commerciale de proximité (169 AU, 21% des AU françaises),
  • profil 4 : l’emploi dans le commerce et les services commerciaux se structure essentiellement autour des activités touristiques (63 AU, 8% des AU françaises).

Les territoires qui ont connu la plus grande croissance de l’emploi commercial, ces dix dernières années, sont ceux qui présentent un profil d’emploi commercial diversifié et ceux qui disposent d’un emploi commercial touristique (marqués par une forte proportion d’emplois dans les hôtels, cafés et restaurants par exemple).


 

Extrait de la publication de la Fnau, Territoires et emploi commercial : tous à la même enseigne ? Décembre 2020